Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 10:03

Dans le cadre d’une soirée organisée par les « Amis de la Tour » de Ste Sévère, Georges Magnier nous a proposé une conférence sur les châteaux, suite à une étude effectuée dans le département de l’Indre et à laquelle il a participé.

Les châteaux de l’IndreLes châteaux de l’Indre

D’abord, qu’est-ce qu’un château ? Ce terme recouvre tant de bâtiments d’ampleur et de styles différents qu’il est difficile d’en donner une définition. Georges Magnet propose une approche différente : un château, c’est un lieu de pouvoir ; c’est donc le châtelain qui ferait le château !

Ce sont 450 châteaux qui ont été recensés dans le département de l’Indre.

Situés sur une carte, ils ne se répartissent pas de façon homogène, denses dans les vallées, particulièrement dans celles de la Creuse et de la Bouzanne, denses également dans la vallée de l’Indre, beaucoup moins nombreux en champagne berrichonne ou en Brenne. Plus localement, ils dressent la carte des châtellenies locales : une série de petits châteaux se sont, par exemple, implantés aux zones de contact entre celles de Ste Sévère et de Châteaumeillant ; beaucoup d’entre eux ont complètement disparu, leur souvenir reste dans la toponymie locale.

Avant l’apparition de châteaux dans notre région, lors de l'Antiquité et du Haut moyen-Age, existaient des systèmes de défense collectifs avec palissades en bois et fossés tels l’oppidum de Ste Sévère (de Châteaumeillant aussi) ou les fossés Sarrazins de Pouligny Notre Dame.

Les premiers châteaux étaient en bois construits sur une motte de terre. Modestes, ces châteaux comportaient la résidence du seigneur à l’étage et un espace de stockage au rez-de-chaussée. De telles mottes féodales peuvent se retrouver à Mers sur Indre (motte de Presles), Saint Sylvain, Moulins sur Céphons ou Ste Sévère. Quoique modestes, la construction de telles mottes nécessitait un travail important, il fallait donc disposer d’un pouvoir certain pour mobiliser une force de travail suffisante.

Après le temps du bois, les châteaux sont passés à la pierre vers le 12ème siècle. Les donjons furent d’abord carrés, celui d’Huriel en est l’archétype dans la région. Au 13ème siècle, les donjons devinrent plus généralement circulaires tels les châteaux de Brosse à Chaillac et de Chatillon sur Indre. Si la construction est en pierre, les hourds demeurent en bois. Lorsque cela est possible, ils utilisent le relief pour leur défense tels Crozant ou Chateaubrun. Un autre exemple plus proche de nous est le château de Culan sur la vallée de l’Arnon.

A partir du 15ème siècle, les véritables châteaux-forts, à vocation défensive, disparaissent mais le style perdure soit par la construction de nouveaux châteaux, avec une architecture dont certains éléments évoquent le château-fort (les mâchicoulis par exemple, mais sans fonction défensive), soit par la modification d’anciens châteaux. De nombreux exemples se retrouvent dans notre région, tel Sarzay ou Breuillebaud à Thevet St Julien, Ars, La Motte Feuilly ...

L’apport de la Renaissance italienne reste discret dans le département de l’Indre (Villegongis par exemple).

La période classique marque une rupture. Elle conduit dans le département à des constructions sobres et rustiques tel le château de la Clavière à Eguzon. Au 19ème siècle l’influence du romantisme se retrouve dans le château de Lavallas à Néret. Les constructions de châteaux sont peu nombreuses au 20ème (La Garenne à Montlevicq) et la première guerre mondiale en sonne le glas.

Le 19ème siècle est une période importante de destruction de ces châteaux, amorcée après la période révolutionnaire (vente comme biens publics), puis abandon progressif dû à la perte de leur usage (bâtiments inhabités et souvent intégrés aux exploitations agricoles).

Mais au 20ème siècle il faut également mentionner des restaurations de grande qualité telles que Le Petit Coudray à Verneuil ou La Pouzerie à Thevet St Julien.

Georges Magnier nous a ainsi présenté, avec beaucoup de verve et grande compétence un panorama riche des châteaux dans l’Indre et de leur évolution, notant également qu’à toutes les périodes la couleur était essentielle à la décoration de ces châteaux, alors qu’elle a le plus souvent disparu.

Vous pourrez retrouver ce conférencier passionnant, spécialiste du moyen-âge, le 16 mars à Châteaumeillant, au Pôle de l’Etang Merlin, pour une conférence sur « La Guerre de 100 ans dans le Boischaut Sud » organisée à l’initiative de Châteaumeillant Nature.

Partager cet article

Repost 0
Published by nous-en-boischaut-sud
commenter cet article

commentaires

ANDIANO REGINE 25/02/2014 12:09

Merci pour cet article ... et l'annonce de la future conférence à Châteaumeillant à l'initiative de Nature18 !
J'y serai

Nicole du Val d'Oise 25/02/2014 11:02

merci beaucoup pour cet article très intéressant concernant ma région d'adoption (Eguzon).
Nicole

  • : Nous en Boischaut-sud
  • : Découvrez les animations et manifestations dans le Berry et en Boischaut sud, préparez vos sorties grâce à notre agenda
  • Contact

Les fêtes, animations qui égrènent le calendrier de nos villages sont un des attraits de notre Berry : entre Châteaumeillant, Le Chatelet, Lignières, La Châtre, Ste Sévère ... Retrouvez-les dans notre agenda et découvrez les compte-rendus des activités auxquelles nous avons participé.

Nous sommes maintenant également présent sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Nous-en-Boischaut-Sud/280616368744563?ref_type=bookmark

Venez nous rendre visite

Merci Marie-France !

Affiches

UA-62890623-1