La Manufacture de Claire Salin

Publié le par nous-en-boischaut-sud

Claire Salin nous accueille devant son atelier : « La Manufacture », à Vesdun, dans le cadre d’une visite organisée par l’ « Eté des Entreprises ». Devant elle, deux statues de Vierge : l’une en plâtre, l’autre en bois : « Il s’agit d’une commande de la paroisse », nous explique-t-elle. La statue originale de la vierge de Prahas (à Culan) a été dérobée, on n’en conserve que des photos. C’est à partir de ces photos que Claire doit réaliser une vierge pèlerine, copie à échelle réduite de la vierge originale, destinée à aller d’une maison d’un paroissien à une autre.

Claire nous explique le processus de cette re-création : passant de la photo au dessin ; puis du dessin au modèle en terre qui permet de « sentir » la forme avec la main ; puis du modèle en terre, fragile, au moulage en plâtre et, enfin, du modèle en plâtre, qui sera validé par le client, à la véritable sculpture en bois, ici en tilleul, un bois permettant une sculpture précise.

La sculpture sur bois, c’est le cœur du métier de Claire Salin, elle qui a fait l’école Boulle.

La Manufacture de Claire Salin

Autour des sculptures, la collection d’outils, une quarantaine de gouges, de toutes formes et de toutes tailles. C’est un minimum selon elle, les grands professionnels en ont plusieurs centaines, mais c’est un investissement important !

Nous passons au deuxième type d’activité de Claire : la restauration de meubles. Devant nous, une belle armoire ancienne, le but de la restauration est de garder le maximum de bois d’origine. L’armoire a été entièrement démontée, seules quelques planches en hêtre, trop attaquées ont été remplacées avec des bois anciens qu’elle conserve précieusement dans ses stocks. Les parties cassées ont été refaites ; il ne reste plus qu’à donner la patine au meuble, mais là, la propriétaire souhaite s’en charger elle-même. Pour compléter sa formation de l’école Boulle, Claire a passé un CAP de menuiserie-ébénisterie : ce type de travail, elle maitrise !

La Manufacture de Claire Salin

Mais Claire est par vocation une créatrice, son rêve serait de développer la création de mobilier. Justement, en ce moment elle a une commande d’une passionnée de patchwork : celle-ci lui a demandé de réaliser un meuble permettant de stocker tous ses ustensiles de patchwork en utilisant une collection de tiroirs dépareillés qu’elle possède. Les plans de la proposition de Claire sont sur la table !

Mais on ne peut pas créer des meubles tous les jours, par contre il est possible de réaliser des petits objets qui sont également plus facile à commercialiser. C’est toute une collection de petits objets avec incrustation de boutons qui sont présentés.

La Manufacture de Claire Salin

Passant dans sa boutique nous retrouvons son œuvre de fin d’étude à l’école Boulle évoquant, dans le bois, la mémoire qui passe : inspirant.

La Manufacture de Claire Salin

Mais dans la boutique, apparait une autre facette de Claire : la personne engagée dans la vie rurale. Installée dans un milieu d’éleveurs de moutons, artiste ayant le tricot dans les gènes, Claire s’est attachée à valoriser la production lainière de la ferme. Les moutons ne sont pas issus d’une race lainière : c’est un croisement de charolaise et d’ile de France ; la production de laine de qualité est donc faible et un tri très important est nécessaire au moment de la tonte pour récupérer la meilleure laine. Ainsi Claire ne récupère-t-elle que 200kg de laine sur 2t, mais il s’agit d’une laine d’une douceur exceptionnelle.

Cette laine est lavée à Souvigny et la filature est dans la Creuse ; toutes ces opérations sont réalisées dans un rayon de 70km. Le but est de vendre la laine brute, cependant quelques objets sont tricotés à titre d’exemple. La laine obtenue sur la ferme est blanche, elle n’est pas teinte ; des échanges avec d’autres producteurs ayant la même démarche, permettent d’obtenir des laines allant du marron au noir : de quoi tricoter de beaux objets.

La Manufacture de Claire Salin

Mais quand on est artiste, c’est pour toujours ! Ainsi Claire mêle –t- elle bois et laine dans ses œuvres, telle cette plaque de bois dans laquelle un fil du bois est remplacé par un fil de laine !

Vous pouvez également retrouver Claire Salin au « Salignon », le bar-restaurant de Vesdun, où elle anime un « café-laine » permettant aux participant(e)s de partager leur savoir et façon de faire autour de la laine, dans une ambiance chaleureuse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article