Jardin et jardinage avec Châteaumeillant Nature

Publié le par nous-en-boischaut-sud

La salle du pôle de l'étang Merlin est comble en ce dimanche 15 mars, des chaises ont été installées en bas des escaliers. Mme Spor, de l'association d'horticulture "Flore et Vertumne" est prête à commencer son exposé sur les jardins à la française et à l’anglaise, mais la vidéo-projection ne fonctionne toujours pas. « Pourtant nous l’avons testé à midi, et elle marchait ! ».

Jardin et jardinage avec Châteaumeillant NatureJardin et jardinage avec Châteaumeillant NatureJardin et jardinage avec Châteaumeillant Nature

Le programme est un peu bouleversé et Mr Grenouilloux, jardinier émérite et chroniqueur sur France Bleu Berry, prend la parole pour répondre aux questions, lui n’a pas besoin de vidéo-projection.

Jardin et jardinage avec Châteaumeillant Nature

A peine un moment de silence et les questions démarrent, Natacha en premier, évidemment (merci à elle).

- Comment entretenir des fougères arborescentes ? En serre froide l’hiver, sans arrosage.

- Le ver blanc, comment s’en débarrasser ? Ce sont les larves du hanneton, elles se trouvent souvent dans le compost de tonte d’herbe ; on peut utiliser un pyréthrinoïde pour le détruire, mais tamiser le compost avant de l’enfouir permet d’éliminer les larves.

C’était bien parti mais la vidéo projection est réparée. Retour au programme initial avec Mme Spor.

Jardin et jardinage avec Châteaumeillant Nature

Nous commençons par une présentation des jardins à la française. L’archétype se trouve à Vaux le Vicomte, plutôt que Versailles dont la fonction officielle a un peu perturbé l’ordonnancement, mais on peut également pensé aux jardins de Villandry.

Le mot d’ordre pour les jardins à la française est de dominer la nature par un ordonnancement rigoureux. C’est une œuvre architecturale qui est faite pour être regardée depuis les terrasses du château d’où on domine les broderies de buis. La perspective, elle aussi, est domestiquée : l’écartement entre les massifs, leur hauteur augmentent avec leur éloignement pour que l’ensemble paraisse encore plus régulier.

Dans les jardins à la française du 17ème siècle, chaque carré de buis était garni de fleurs (une trentaine de variétés) et les fleurs fanées étaient enlevées chaque jour. Aujourd’hui, pour des raisons de coût, les fleurs tendent à disparaitre au profit de tuile ou d’ardoise pilée.

Jardin et jardinage avec Châteaumeillant Nature

Les allées mènent à un point focal (fontaine, statue …) qui attire le regard et donne envie de les parcourir. La maîtrise de l’eau est un élément important avec jets, fontaines, bassins et nécessite une machinerie importante.

A partir du 18ème siècle, sous l’influence de Jean Jacques Rousseau puis du romantisme, la mode des jardins à la française s’estompe, on les trouve trop méthodiques, trop étouffant, un vent de liberté se lève ; les jardins à l’anglaise sont préférés mais les jardins à la française s’exportent, on les retrouve, par exemple, à Peterhof, Caserte …

Pour sa part, le jardin à l’anglaise ne cherche plus à dominer la nature mais à recréer une nature rêvée. Il supprime les grandes allées droites, les perspectives se découvrent progressivement, clôtures et haies sont éliminées pour que le jardin fasse partie intégrante de la nature (des fossés sont néanmoins creusés pour empêcher l’intrusion d’animaux). Mais il s’agit d’une nature recréée par l’utilisation de relief, de buttes, au milieu de laquelle sont construits de petits monuments (temples, ruines, pagodes). Le rôle du point focal est accentué mais dans le jardin à l’anglaise il s’agira plutôt d’un bel arbre, d’un monument, d’un lac …

Jardin et jardinage avec Châteaumeillant Nature

Les jardins à l’anglaise sont aujourd’hui largement préférés, notamment par les femmes ; on en trouve de beaux exemples en France : Parc Monceau, Père Lachaise, Parc Monsouris, Buttes Chaumont …

S’il est impensable de créer un jardin à la française chez soi, on peut néanmoins s’en inspirer dans une petite cour ou au potager par exemple. Dans tous les cas, l’idée de penser à un point focal vers lequel se dirige les allées est à retenir dans la création d’un jardin, il peut s’agir simplement d’un petit banc ou d’un arbre.

Merci à Mme Spor pour ce bel exposé.

Sans transition, Mr Grenouilloux reprend la parole pour répondre, avec beaucoup d’humour, aux questions de l’assistance ; et les questions fusent.

Jardin et jardinage avec Châteaumeillant Nature

- contre le taupin : purin de fougère

- quand tailler les buis : au printemps et éventuellement une petite retouche à l’automne,

- et les framboisiers, les groseilliers ? C’est maintenant, dépêchez-vous ! Enlever le vieux bois et laisser le bois de l’année (éventuellement en réduire le nombre de tiges)

- le goji, c’est quoi ça ? Je ne connaissais pas mais cela ressemble bien à une baie miraculeuse pour la santé !

- contre la larve du poireau : un voile à mailles fines qui ne touche pas la plante, pour empêcher la mouche, cette sale bête, de pondre ses œufs.

- contre les cochenilles : le remède miracle, c’est de l’huile de colza, du savon noir, de l’alcool dans de l’eau, et deux pulvérisations successives.

- les chenilles processionnaires : ça aussi se sont de sales bêtes, très urticantes. On peut couper la branche et la faire brûler, mais c’est dangereux à cause des risques de contact, il vaut mieux attendre qu’elles descendent le long du tronc et les détruire à ce moment là.

………………………………………………………………………………………………………………………….

Les questions auraient pu durer encore longtemps, mais ayons pitié de la corde vocale de Mr Grenouilloux !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article