Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 11:45

Ce vendredi 11 mars, après le 22 janvier dernier à AREMC du Châtelet le conférencier Michel Cegarra nous emmenait, toujours avec autant de passion, sur le chemin de la perspective. La première partie était consacrée à ce qu’il appelle la douce perspective :

en voici l’inquiétante.

  • La perspective affirmée, perspective niée

Nous avions assimilé les règles mathématiques découvertes début 15° par Brunellesci. Nous allons voir que ces règles, créant un espace stable, vont modifier le rapport entre l’œuvre et le spectateur ainsi que la récupération philosophique et politique que l’on va pouvoir en tirer, provoquant même un insupportable regret du passé.

En effet, c’est le point de vue du spectateur, construit suivant celui de l’artiste, qui va déterminer la hauteur de la ligne d’horizon, les points de fuite et de distance.

En pratique, les deux yeux sont sur une horizontale, l’axe du nez est l’axe de vision. Le spectateur est donc unique et sa position par rapport à l’œuvre est donc unique également. Si on se déplace de quelques centimètres, le système perspectif, la machinerie optique, ne fonctionne pas.

En fait, le sujet construit ne se destine qu’à une seule personne. Nous retrouvons la philosophie de la Renaissance, son humanisme et l’individualité déjà développée dans la « Dévotion moderna », ce mouvement d’idée de la fin du XIV° siècle, où l’âme individuelle se retrouve au centre de la prière, mouvement de réforme personnelle, un courant de spiritualité chrétienne diffusé par les Frères de la vie commune et développée entre autre par les Chartreux.

La contemplation, une forme de communion de l'âme avec Dieu, achève l'itinéraire spirituel du chrétien. La justesse de la vision perspective rend crédible le récit biblique mais le voyeur unique est renvoyé à son propre schéma de conscience. Dans la flagellation du Christ, de Piero delle Francesca, les quelques anomalies des proportions des personnages sont voulues. La vision ainsi « déboitée » rend la vision rationnelle plus proche du langage du cœur mais prouve aussi l’insatisfaction du pouvoir de l’image. Nous avons vu dans d’autres œuvres la négation flagrante de la perspective : elle existe mais est sciemment refusée laissant ses règles strictes aux théoriciens.

la flagellation P. della Francesca, 1452

la flagellation P. della Francesca, 1452

  • Le rapt de la perspective par les logiques de pouvoir. Le contrôle architectural des espaces

La perspective rigoureuse montre l’autorité de la raison, la maitrise, la profondeur du monde et le contrôle des espaces.

Le point de fuite est conjoint à l’objet ou sert à placer le spectateur à sa place envers le sujet : Le pape Sixte IV, trône dans son monde strict, le spectateur est en contrebas, humble devant le grand homme. C’est le pouvoir terrestre qui est traduit par la géométrie, et non plus l’exaltation religieuse. La perspective est assujettie au message.

Melozzo da Forli, Sixte IV nomme Bartolomeo Platina conservateur de la bibliothèque vaticane, 1477

Melozzo da Forli, Sixte IV nomme Bartolomeo Platina conservateur de la bibliothèque vaticane, 1477

  • La perspective entre regard et vision, géométrie et croyance, la vision sans mesure contre l’étendue géométrique

Le message religieux va contourner la perspective pour faire ressortir la puissance hallucinatoire et mystique.

Les personnages sont apposés dans d’un paysage construit mais les regards ne se croisent pas, désobéissant à la rigueur de l’ensemble, accréditant l’invisible.

Le maniérisme abandonnera la perspective, libérant ainsi le message de la contrainte et de la rigueur.

Pâris Bordone, Annonciation, 1540

Pâris Bordone, Annonciation, 1540

La descente de Croix de Roger Van der Weyden continue d’obéir aux lois des retables flamands utiles à la « Dévotion moderna ». C’est par une superposition de plans, des trompes l’œil par lesquels l’image monte sur le cadre, la justesse des textures, des attitudes, des visages émus que l’artiste traduit la puissance de la future résurrection.

Roger Van der Weyden, La Descende de croix, 1435-1438

Roger Van der Weyden, La Descende de croix, 1435-1438

Le maniérisme fera l’objet de la prochaine conférence en mai ...une suite logique.

Partager cet article

Repost 0
Published by nous-en-boischaut-sud
commenter cet article

commentaires

  • : Nous en Boischaut-sud
  • : Découvrez les animations et manifestations dans le Boischaut sud, préparez vos sorties grâce à notre agenda
  • Contact

Les fêtes, animations qui égrènent le calendrier de nos villages sont un des attraits de notre Berry : entre Châteaumeillant, Le Chatelet, Lignières, La Châtre, Ste Sévère ... Retrouvez-les dans notre agenda et découvrez les compte-rendus des activités auxquelles nous avons participé.

Nous sommes maintenant également présent sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Nous-en-Boischaut-Sud/280616368744563?ref_type=bookmark

Venez nous rendre visite

Merci Marie-France !

Affiches

UA-62890623-1