Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 06:41

Après sa conférence sur Hercule :

Brigitte Bardelot nous présentait ce 18 mars, dans le cadre de l’association Correspondance, la deuxième conférence du cycle « La mythologie dans l’art ». Elle était consacrée à Zeus et aux métamorphoses.

La métamorphose est un changement de forme (du grec « meta » = après et de « morphê » = forme).

Dans la mythologie, le monde des dieux et celui des hommes s'interpénètrent constamment. Ils partagent les mêmes sentiments, les mêmes qualités ou défauts. Les mythes mettent en scène des archétypes humains, universels mais seuls les dieux et les déesses sont capables de se transformer et de revêtir n'importe quelle apparence ou bien de métamorphoser les humains pour les séduire ou les sauver d'un danger. La transformation provoquée s'appelle un «avatar».

La métamorphose signe la présence des dieux. Les dieux peuvent emprunter toutes les formes possibles : animales, végétales, et même minérales. Elle peut être l'expression brutale de la colère ou de la punition des dieux, mais il arrive qu'elle soit aussi un don des dieux, une récompense.

Changer de forme ou d'essence est aux yeux des mortels la plus haute expression de la puissance des divinités.

LE TAUREAU

Une des caractéristiques de la tradition grecque est la présence massive de la figure du taureau dans les légendes, sous différentes formes, de la paisible génisse au taureau indomptable.

Cette particularité s'explique par le culte du taureau dans l'antiquité. Depuis le paléolithique, le taureau fascine les hommes (voir les représentations dans les grottes). Puis au néolithique, l'animal est domestiqué, il fournit un dur travail dans l'agriculture (cf. Vallée des Merveilles, parc du Mercantour, Alpes Maritimes).

La mythologie dans l’art : Zeus et les métamorphoses

Le bétail devient très vite synonyme de richesse et le taureau a rapidement été vénéré comme une créature divine. On remarque la présence de la vache ou du taureau dans le patrimoine culturel et religieux d'un large pourtour méditerranéen. Il est une des figures du zodiaque.

Notre fascination à l'égard du taureau à travers l'histoire, ritualisée par des cultes et des sacrifices variés, a survécu jusqu'à nos jours sous la forme de corridas et de courses de taureaux (course camarguaise). Dans le monde de la peinture, Picasso a fait un nombre incalculable de représentations de tauromachie et surtout il a fait du Minotaure son double - «Minotaure à la charrette», peinture 1936).

On sait que la vache est un animal sacré en Inde, en Egypte, Hathor soutient la voûte céleste, elle symbolise la fertilité de la terre, le renouveau. Isis, Hator et Nout forment la triade des vaches-déesses toujours bienveillantes (« Isis cornue », Egypte, XVIIe dynastie, marbre et bronze, Musée du Louvre)

Mais si le bœuf ou la vache ont une nature paisible, le taureau, lui, est le symbole de la force créatrice, de "mâle impétueux" (Shiva et Nandi, en Inde, Mithra en Mésopotamie, assimilé à Dionysos dieu de la virilité dans la tradition grecque = « Dionysos cornu, macaron de pierre, Ve siècle av JC, Grèce).

La mythologie dans l’art : Zeus et les métamorphoses

Et bien sûr, le taureau est omniprésent et fait partie des mythes fondateurs à l'instar du plus ancien, celui de Minos et du Minotaure, enfermé dans le labyrinthe et dévorateur de chair fraîche. On le retrouve aussi dans plusieurs des travaux d’Héraclès.

C'est également une des incarnations préférées de Zeus pour séduire les jeunes filles.

LES METAMORPHOSES DE ZEUS

Zeus est le fils du temps (Chronos, Saturne) et petit-fils de la Terre (Gaïa) et du Ciel (Ouranos). Il a pour frères Hadès (Pluton, le monde souterrain), et Poséidon (Neptune les océans), ses sœurs sont Déméter (la Nature) et Héra (Junon, reine des déesses). Leur mère à tous est Rhéa.

Héra est à la fois la sœur et l'épouse légitime de Zeus.

Chronos dévorait tous ses enfants pour ne pas être détrôné ("Saturne dévorant ses enfants", Francisco Goya, 1820, huile sur toile, musée du Prado, Madrid) ; Rhéa, la mère de Zeus rusa et par un habile subterfuge, réussit à le tromper. Zeus survécu, il émascula son père et lui ravit sa souveraineté.

La mythologie dans l’art : Zeus et les métamorphoses

Il apporta ainsi au monde la stabilité et la justice. Il est le père des dieux et des hommes, dieu du monde céleste et le maître de la foudre et du tonnerre, il dispense les fléaux ou la fertilité, règne sur tous les mortels … et se mêle de leurs affaires. Il crée la race des héros et des demi-dieux.

En tant que dieu des dieux, Zeus est le maître des métamorphoses.

En voici quelques unes :

IO

Princesse à Argos, Zeus la séduit en prenant l'aspect d'une nuée épaisse, il la change en génisse blanche (Le Correge (Antonio Allegri, vers 1530, Italie) (Fragonard, vers 1760 musée du Louvre) (Eric Artmusik, photomontage numérique, 2000) (Zilda, hommage à Correge, vers 2000)

EUROPE

Elle est la fille d’Io engendrée avec Zeus. Comme elle est très belle, Zeus la désire aussi. Il se métamorphose en taureau blanc aux cornes d'or pour la séduire, il l'enlève jusqu'en Crète ou elle mettra au monde Minos, le premier roi de l’île. (Francisco Albani 1640, Italie) (Félix Valloton, 1908) (Matisse, dessin sur papier 1913). Max Beckmann reprend ce thème en 1933 en y intégrant toutes les angoisses de son époque.

La mythologie dans l’art : Zeus et les métamorphoses

LEDA

Épouse du roi de Sparte et mère de Castor et Clytemnestre, elle est séduite par Zeus qui prit la forme d'un cygne ; il la transformera en oie et elle accouchera d'un œuf d'où sortiront Pollux et Hélène (cette dernière sera responsable de la guerre de Troie). Castor et Pollux deviendront les Gémeaux du Zodiaque. (Mosaïque romaine, musée de Naples) (Géricault, dessin à la plume, 1820) (Gustave Moreau, 1895) (Salvador Dali, Leda Atomica, 1949).

La mythologie dans l’art : Zeus et les métamorphoses

DANAE

Son père, le roi d'Argos, l'ayant enfermée dans une tour, Zeus la séduit sous la forme d'une pluie d'or. Elle en aura un fils, Persée. (L Titien, 1538, musée du Prado) (Rembrandt, 1636, Amsterdam) (A. Chantron, 1891, musée d'Orsay) (Gustav Klimt, 1907, Vienne)

La mythologie dans l’art : Zeus et les métamorphoses

GANYMEDE

Zeus ne séduit pas que les belles jeunes femmes. Par exemple, il tombe amoureux de Ganymède, adolescent phrygien d'une grande beauté. Zeus se change en aigle pour l'emporter dans les cieux et en fait un dieu (il est le verseau du zodiaque). (Lucien Pallez, sculpture en plâtre, 1875, musée d'Orsay) (Rubens, 1620, Belgique) (Rembrandt, 1630, Amsterdam) (Gustave Moreau, 1893, Maison Musée GM, Paris) (Bertel Thorvaldsen, marbre 1817, Danemark).

La mythologie dans l’art : Zeus et les métamorphoses

Conclusion du « Mythe dans l'art »

Tableau de S. Dali « le mythe de Narcisse »

Dans le mythe, Narcisse, jeune homme d'une beauté extraordinaire, restant insensible aux sentiments amoureux de la nymphe Echo, va être châtié en tombant éperdument amoureux de son propre reflet dans l'eau jusqu'à s'en laisser mourir, il va se transformer en la fleur qui porte son nom.

Dans le tableau de S. Dali, le mythe fonctionne bien comme une métaphore : traduction du langage en image, les éléments du mythe sont représentés sans comparaison formelle. Dans le tableau, on voit Narcisse penché sur son reflet qui est simplement suggéré ; sur la droite, Narcisse se transforme, il se pétrifie en devenant une sorte de main tenant un œuf d'où naît une fleur de narcisse.

La mythologie dans l’art : Zeus et les métamorphoses

« Icare » d’Anselm Kiefer (1990 cendre, fusain, plomb, Allemagne)

C'est un artiste majeur de la scène contemporaine, il a passé son enfance dans une Allemagne en ruine, son œuvre se nourrit des mythologies germaniques qu'il confronte aux mythes grecs. Ici il nous montre son interprétation du mythe d'Icare, représenté par une aile noire sur un paysage de cendres. Il rumine ses propres ressources culturelles et fantasmagoriques.

La mythologie dans l’art : Zeus et les métamorphoses

Pour un peintre, le mythe, agissant par symboles et métaphores, permet de retrouver ou de compléter une identité oubliée, celle de l'appartenance à l'histoire et au cosmos. C'est un matériau de création inépuisable et sans limite, incontournable pour tout créateur et qui nourrit l'histoire de l'art depuis la nuit des temps.

Partager cet article

Repost 0
Published by nous-en-boischaut-sud
commenter cet article

commentaires

  • : Nous en Boischaut-sud
  • : Découvrez les animations et manifestations dans le Boischaut sud, préparez vos sorties grâce à notre agenda
  • Contact

Les fêtes, animations qui égrènent le calendrier de nos villages sont un des attraits de notre Berry : entre Châteaumeillant, Le Chatelet, Lignières, La Châtre, Ste Sévère ... Retrouvez-les dans notre agenda et découvrez les compte-rendus des activités auxquelles nous avons participé.

Nous sommes maintenant également présent sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Nous-en-Boischaut-Sud/280616368744563?ref_type=bookmark

Venez nous rendre visite

Merci Marie-France !

Affiches

UA-62890623-1