Histoire et futur du Canal de Berry

Publié le par nous-en-boischaut-sud

La maquette d’une péniche berrichonne dans l’entrée, dans la salle un panneau de documents anciens sur le canal de Berry, des présentoirs philatéliques sur le devenir de ce canal à vélo : à l’initiative de Châteaumeillant Nature et sous la houlette de Pierre Lemercier, le Canal de Berry avait envahi le Pôle culturel de l’Etang Merlin en ce 24 mars !

Histoire et futur du Canal de Berry
Histoire et futur du Canal de Berry
Histoire et futur du Canal de BerryHistoire et futur du Canal de Berry

Et le public avait répondu présent à l’invitation avec environ 80 personnes pour écouter Pierre Lemercier nous présenter avec toute sa passion et son énergie l’histoire de ce canal, des premiers projets de construction à son futur après son déclassement.

Histoire et futur du Canal de BerryHistoire et futur du Canal de Berry

Les premiers projets remontent à Sully, puis Colbert, puis le duc de Béthune Charost … mais ils se heurteront tous au manque d’argent. C’est Napoléon qui donnera l’impulsion nécessaire et malgré Waterloo le projet se poursuivra. Le canal sera finalement parrainé par le duc de Berry, et s’appellera donc « canal DE Berry » et surtout pas canal du Berry ! Le but principal était de réunir le minerai de fer berrichon et la houille du bassin de Commentry pour alimenter les hauts fourneaux et les forges du Berry et du Bourbonnais.

Histoire et futur du Canal de BerryHistoire et futur du Canal de Berry

Le chantier commence en 1808, chantier titanesque, travail de forçats, en particulier pour le percement de la tranchée d’Augy, 11m de largeur, 6m de profondeur et 5km de longueur. Elle sera réalisée par des prisonniers espagnols, des déserteurs napoléoniens, des bagnards … dans des conditions épouvantables rappelant les camps de concentration : la mortalité y est très importante due aux accidents, aux épidémies (choléra, dysenterie …).

La réalisation fait apparaitre le deuxième problème majeur du canal de Berry (après le manque d’argent) : le manque d’eau. De nombreuses écluses sont nécessaires (une tous les 500m entre Montluçon et St Amand) et la construction des ouvrages d’art avec des pierres locales pour raisons d’économie, souvent gélives,  ce qui  provoque des fuites... Le pont-canal de la Tranchasse, l’un des plus beaux ponts-canaux de France, est étanché avec des feuilles de plomb.

Histoire et futur du Canal de BerryHistoire et futur du Canal de Berry

Pour limiter la dépense en eau, c’est un petit canal qui est construit, sur le modèle des « narrow canals » anglais. Il ne sera pas aux normes Freyssinet. Les étangs de Goule et de Pirot sont creusés pour l’approvisionnement en eau du canal, mais sécheresse et inondations handicaperont toujours ce canal qui ne fonctionnera, au mieux, que 10 mois par an.

L’exploitation commence en 1835, avec une traction humaine jusqu‘en 1914 puis avec des petits ânes d’Afrique du Nord. Les moteurs n’arriveront que juste avant le déclassement du canal. Les mariniers, le plus souvent issu du milieu rural, mènent une vie misérable, faisant du troc avec les éclusières, pêchant dans le canal (mais c’est interdit !). Ayant quitté leur milieu d’origine pour chercher de meilleures conditions de vie, ils se retrouvent rapidement marginalisés : on ne se mélange plus entre paysans et canalous !

Histoire et futur du Canal de BerryHistoire et futur du Canal de Berry

Malgré ses handicaps, le canal de Berry a eu un impact considérable sur l’économie locale. A son apogée, entre 1873 et 1910, il passe jusqu’à 40 péniches par jour transportant minerai et houille, mais aussi porcelaine, bois, produits agricoles … Mais, peu après la mise en service du canal apparait son principal concurrent : le chemin de fer. Le trafic sur le canal décline après la guerre de 14 jusqu’à son déclassement en 1955.

Histoire et futur du Canal de BerryHistoire et futur du Canal de Berry

Après son déclassement, le canal est vendu (1F/m) aux communes ou, à défaut à des particuliers. Localement il a été comblé, la remise en eau de la totalité du canal est maintenant impossible. L’objectif de la réhabilitation est de mettre en valeur son attractivité touristique : navigation sur les tronçons où c’est possible, randonnées à pied ou à cheval  sur ses berges et  surtout le « Canal à vélo » tout en se souvenant que le canal est une voie de communication et doit faire revivre les monuments qui se situent autour (ex : Ainay-le-Vieil)

Histoire et futur du Canal de Berry

Eh bien, à la suite de cette brillante présentation de Pierre Lemercier, l’association Châteaumeillant Nature a décidé que sa prochaine sortie, le 4 mai, serait consacrée à la visite du pont canal de La Tranchasse, peut-être que Pierre Lemercier pourrait alors nous servir de guide ! Et ensuite nous pourrions aller à Drevant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Très bon compte rendu, et très belle conférence, très objective, contrairement à une nostalgie du canal, que l'on voit apparaitre depuis quelques années.
Répondre